Procès-verbal du CA du 13 mars 2021

Présents : Violaine Anger ; Julien Cassaigne ; Étienne Chantrel ; Marc Chaperon ; Victor Demiaux ; Marianne Laigneau ; Jacques Le Pape ; Laurence Levasseur ; Geoffroy Morlat ; Christel Mouilleron-Lavigne ; Jean-Thomas Nordmann ; Nicolas Obtel ; Laure Pelbois ; Marie Pittet ; Thanh-Vân Ton That.

Présents - Administrateurs honoraires : Marianne Bastid-Bruguière ; Mireille Gérard.

Excusés : Yves Caristan ; Nicolas Couchoud ; Timothée Devaux ; Victor Gysembergh ; Antonin Macé ; Louis Manaranche ; Jeanne Parmentier ; Rémi Sentis.

En raison de l’épidémie de coronavirus, la réunion du CA se déroule sous la forme d’une visio-conférence.

1. Statuts de l’A-Ulm

Le projet de statuts établi par Marie Pittet est discuté. Ces statuts contiennent certaines nouveautés dues notamment à la volonté de suivre autant que possible les nouveaux statuts-type établis par le Ministère de l’Intérieur.

Article 3 :

  • Jean-Thomas signale qu’on a introduit la notion d’agrément de tous les nouveaux membres par le CA, ce qui paraît paradoxal alors qu’on cherche à augmenter le nombre de membres. Étienne Chantrel et Jacques Le Pape signalent une incohérence : il est toujours indiqué au début de l’article que les amis, spécifiquement, doivent voir leur candidature approuvée par le CA, alors que la suite de l’article comporte une phrase générale prévoyant l’approbation par le CA pour tous les membres (anciens élèves et autres). Marie Pittet indique que cette approbation générale des membres par le CA est tirée des statuts-type. Marianne Laigneau propose que l’on retire la mention spécifique pour les amis, et qu’on garde la mention générale d’une approbation pour tous les candidats. En pratique, on continuera à approuver les amis un par un, et l’approbation des autres candidats pourra se faire en bloc une fois par an. Cette précision pourrait s’intégrer à un règlement intérieur à établir. Cette proposition est approuvée par le CA.
  •  
  • Mireille Gérard signale qu’on a conservé la mention de « membre d’honneur » et de « membre bienfaiteur » mais que la distinction, un peu développée par rapport aux statuts actuels, reste obscure. Marie Pittet répond qu’elle a repris les définitions proposées par les statuts-type. Marianne Laigneau propose qu’on les garde et qu’on précise les critères, si c’est important, en règlement intérieur. Cette proposition est approuvée par le CA.
  •  
  • Une discussion s’engage sur la notion de « membre honoraire » mais Julien Cassaigne précise qu’il n’y a pas dans nos statuts actuels de « membre honoraire ». Le CA comporte des « administrateurs honoraires », mais leur existence n’est pas définie autrement que par les délibérations du CA qui les ont nommés.
  •  
  • Christel Mouilleron-Lavigne s’interroge sur la possibilité de préciser les critères de refus, ce qui n’est le cas ni dans les statuts actuels ni dans le projet de nouveaux statuts. Marianne Laigneau propose que cela soit renvoyé au règlement intérieur. Cette proposition est approuvée par le CA.

Article 5

Marie Pittet interroge le CA sur l’introduction d’une limitation des pouvoirs, pas présente dans les statuts actuels. Une limitation à 10 pouvoirs par membres, déjà pratiquée à la dernière AG, est décidée par le CA.

Article 9

On passe de la mention « Le Conseil se réunit chaque trimestre » des statuts actuels à une mention du type « Le conseil d’administration se réunit au moins une fois tous les X mois » telle que proposée par les statuts-type. Le CA décide d’indiquer 6 mois.

Article 4

Postérieurement à la réunion du CA, Marianne Laigneau propose par mail de prendre la mention de « juste motif » proposée par les statuts-type pour les radiations plutôt que de reprendre le « motif grave » des statuts actuels, afin de coller à la jurisprudence.
 
Le projet de statuts amendé est envoyé par courrier électronique aux administrateurs, postérieurement à la réunion du CA, pour ultimes commentaires, puis envoyé le 30 avril au ministère de l’Intérieur pour examen. Ce projet sera soumis à délibération finale lors de la prochaine réunion du CA prévue en juin.

2. Approbation du PV du CA du 16 janvier 2021

Le PV est approuvé.

3. Événements passés et à venir

Événements passés

Deux rendez-vous carrières ont été tenus :

  • le 20 janvier 2021 sur les métiers du « care » (en l’absence de traduction satisfaisante, le terme anglais a été conservé avec un sous-titre) ;
  • le 3 mars 2021 sur « énergie et transition écologique », réunion qui a cette fois pu se dérouler sans problème.

L’Archicube bis est paru. Violaine Anger signale un besoin de bonnes volontés pour des notices de femmes.
Le club GaliENS a tenu le 22 février une formation sur « les passerelles vers les professions médicales ».

Événements à venir

Violaine Anger signale que le numéro de l’Archicube sur le thème « La Main » est en bouclage. Le prochain numéro de l’Archicube portera sur « L’Aventure ». La parution est toujours planifiée pour décembre 2021.
Le prochain numéro de l’Archicube bis intégrera une courte contribution sur l’activité de la fondation de l’ENS.
Le prochain rendez-vous carrières, prévu le 7 avril, portera sur les trajectoires atypiques de littéraires
Le dîner de l’assemblée générale, qui a dû être annulé, est toujours en suspens (sans doute à l’automne).
Le prochain prix Romieu est repoussé à 2022, en accord avec la famille.

4. Point sur PSLA

Violaine Anger fait un point sur la situation de PSL Alumni, alors que se prépare l’AG du 22 mars :

  • La situation de PSL-UA (association des anciens élèves de PSL qui ne sont pas élèves d’une des institutions membres, en sommeil) n’est toujours pas réglée. PSL pousse pour que ces anciens élèves trouvent leur place à PSLA ce qui suppose soit de réactiver PSL-UA soit d’intégrer directement ces adhérents, comme personnes physiques, à PSLA, ce que les statuts actuels ne permettent pas. L’idée avancée est de créer au sein de PSLA un collège des membres directs. Violaine Anger est sceptique car cela pourrait fragiliser PSLA.
  • Les élèves de PSL ont de petites associations assez dynamiques, faut-il les intégrer à PSLA ? Le président de PSLA l’envisage, mais Violaine Anger ne voit pas l’intérêt. En quoi ces associations ont-elles besoin d’une représentation institutionnelle ?

5. Adhésions

De 1720 adhérents en janvier 2021 à 1922 adhérents au 13 mars 2021 (contre 1800 l’an dernier à la même date). L’objectif des 2000 adhérents sera sans doute atteint à fin juin, meilleur étiage depuis des années pour l’association.

L’action de la secrétaire de l’association, Pascale Hamon, est un facteur de cette réussite, avec un grand dynamisme sur les relances.

Par ailleurs, un don généreux de Jacques Le Pape à l’association (6 000 euros) a permis d’engager en CDD un étudiant de l’ENS (Yves Mariko, qui travaille 15 heures par semaine pour 3 mois, du 15 février au 15 mai) pour rechercher des adresses perdues. Il a pour l’instant trouvé 107 adresses sur les promotions 2000 à 2020 et 39 pour 1970 à 1980, dont 20 adresses électroniques. Julien Cassaigne signale que cette opération sera à renouveler de temps en temps. Il faut décider ce qu’on fait de ces adresses : si on les intègre directement à la base de l’annuaire, ces anciens recevront de but en blanc les prochaines relances. Le CA décide de leur envoyer un message initial qui insiste sur l’annuaire, plus que sur l’adhésion, et de les intégrer à la base ensuite.

6. Questions à poser lors de la prochaines rencontre de Marianne Laigneau avec le directeur de l’ENS

Parmi les recommandations finales du jury qui a validé l’IDEX de PSL (et celui de Paris-Saclay), Marc Chaperon souligne celle de supprimer toute possibilité de stratégie autonome pour les composantes des IDEX, et notamment de supprimer leur personnalité morale. Violaine Anger rappelle que la possibilité de conserver la personnalité morale est dérogatoire au code de l’éducation, elle est pour l’instant établie dans le cadre d’une expérimentation et échoit fin 2028.
Le sujet des points boursiers au concours de l’ENS est à l’ordre du jour du CA de l’ENS de juillet 2021. Marc Mézard a par ailleurs déclaré dans la presse qu’il était favorable à une prise en compte, en sus, du niveau d’études des parents des candidats. La plupart des administrateurs expriment leur inquiétude sur cette nouvelle idée, rappelant que la meilleure solution reste de travailler en amont des concours. Autant les points boursiers, dont la possibilité a été intégrée au code de l’éducation, semblent maintenant inévitables, autant cette nouvelle idée serait désastreuse. Le CA demande à Marianne Laigneau de porter ces sujets auprès de Marc Mézard.

7. ENS Police

Léon Grappe, historien de la promotion 2012 devenu commissaire de police par concours en 2018, fait le point sur la présence de normaliens dans la police. Bien que ces carrières soient peu connues des normaliens, ils y sont présents. De manière informelle, un petit réseau de 5 normaliens s’est déjà constitué. Certains normaliens dans la police appartiennent à d’autres corps (IGA, administrateurs civils, préfets), en particulier dans des fonctions support ou de direction.
Il aimerait créer un club, avec l’idée de proposer des stages, peut-être en impliquant le département de droit ou encore la prep-ENA de l’ENS.
Jean-Thomas Nordmann pose une question sur la recherche sur le thème de la sécurité. Léon Grappe souligne l’existence de quelques instituts spécialisés et de toute une galaxie de recherche.
Le CA propose qu’il se rapproche des normaliens dans l’administration. Une aide financière, une aide logistique du secrétariat de l’A-Ulm ou encore l’accès à nos réseaux sociaux sont envisageables.

8. Aides et secours

Aides

Quatre demandes sont arrivées à l’association.

Publication d’un ouvrage « Repenser l’œuvre antique ».

Demande : 1 500 euros (ou des idées)
Décision : pas d’aide mais leur suggérer de contacter l’académie des inscriptions et belles lettres (donc la secrétaire perpétuelle est Monique Trédé) ou les beaux-arts.

Jeunes ambassadeurs pour le climat

« Jeunes ambassadeurs pour le climat », projet devant permettre à deux jeunes d’assister pendant deux ans aux sessions de négociations internationales sur le climat au sein de la délégation française. Ils remplissent les critères de l’association, qui les a aidés l’an dernier.
Demande : 1 300 euros
Décision : 1000 euros.

48 heures des arts

Événement traditionnel à l’ENS, aidé lors de sa dernière édition en 2019.
Décision : 1000 euros.

Junior entreprise de l’ENS

Ils se sont signalés, sans demande à ce stade, et pourraient faire une demande ultérieurement.

Secours

Mathilde Labbé a fini de rembourser son prêt, et a même ajouté un don.

Amis

Trois demandes sont parvenues.
Le CA accepte les demandes de Pierre Bacuvier (dont les deux parents sont normaliens) et de Marie-Josèphe Lemaire (veuve de normalien).
La demande de Kwama Frigaux, qui est étudiante d’un master co-habilité par l’ENS, diplômée en 2019. La question des mastériens n’ayant pas été tranchée à ce stade, le CA demande au bureau d’instruire la demande pour la prochaine réunion du CA.

9. Points divers

  • L’harmonisation graphique de nos publications est en cours, un contact ayant été pris avec la graphiste qui avait créé notre logo il y a quelques années.
  • Le renouvellement du CA aura lieu cet été. 7 administrateurs sont sortants :
    • Nicolas Couchoud, Timothée Devaux, Victor Gysembergh, Christel Mouilleron-Lavigne peuvent se représenter ;
    • Jacques Le Pape, Jean-Thomas Nordmann, Rémi Sentis sont atteints par la limite du nombre de mandats et ne peuvent se représenter.

Les administrateurs sont invités à susciter des candidatures et vocations.

  • Mireille Gérard signale qu’il faudrait tenir à jour une liste des normaliens académiciens. Nous demanderons à Pascale Hamon de faire cette liste, Marianne Laigneau demandera au directeur de l’ENS ce qui est prévu quand les plaques de la salle des actes ne permettront plus de graver de nouveaux noms.
  • Étienne Chantrel signale la difficulté de tenir à jour la mention de l'institution (publique ou privée) de rattachement des anciens. Établir une liste soi-même suppose de la tenir à jour des changements incessants de nom et de périmètre (en particulier dans la recherche). Si l'on ouvre la possibilité aux adhérents de remplir eux-mêmes le champ, même en guidant la sélection, le résultat est peu fiable. Il interrogera les membres de la conférence des grandes écoles sur les services tiers qu’ils pourraient utiliser pour régler ce problème. Victor Demiaux signale qu’une base libre (Vivo) est en constitution pour la recherche.

 
La prochaine réunion du CA aura lieu le 12 juin 2021.
La visio-conférence est levée à 11 h 40.
 
Marianne Laigneau                                                    Étienne Chantrel
Présidente                                                                  Secrétaire général